Quelques Plantes Médicinales

Auteur : Belfégor

 

Un peu de fraîcheur dans cet hiver qui commence ...

 

Myrtille

 

De l'Antiquité à la Renaissance, les baies de myrtilles, ou airelles, ont été utilisées pour soigner les maux de ventre et diarrhées, tandis que les feuilles servaient aux gargarismes en cas de maux de gorge. La médecine moderne a découvert d'autres propriétés à ces délicieux fruits rouges. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Dans les bois et les montagnes. 

 

Quand la récolte-t-on ?

On récolte les baies en août et septembre.

 

Comment l'utilise-t-on ?

En infusion : jetez dans un litre d'eau bouillante 15 g de feuilles de myrtille et 15 g de feuilles de fraisier. Laissez infuser 10 mn. Cette tisane est recommandée aux diabétiques.

 

En décoction : jetez une poignée de feuilles dans un litre d'eau froide. Portez à ébullition. Laissez bouillonner pendant 5 mn puis coupez l'eau et laissez infuser 10 mn. Cette décoction soulage l'athérosclérose, le diabète, les infections intestinales et les cystites. 

 

Les baies : nature, en sirop ou en confiture, les haies de myrtilles sont excellentes pour tonifier l'organisme et améliorer l'acuité visuelle.

 

La teinture : mettez 250 g de baies sèches, concassées dans un litre d'eau de vie à 45°. Laissez macérer pendant 3 semaines en remuant de temps en temps. Passez. Cette teinture s'utilise en application sur les affections buccales.

 

Oranger

 

Les propriétés thérapeutiques des fleurs d'oranger et des autres parties de l'orange n’ont été réellement prises en compte par les phytothérapeutes qu'au siècle dernier. Cependant, peut- être lui prêtait-on, dans l'Antiquité, des vertus surnaturelles car les historiens pensent que les fameuses pommes d'or des Hespérides n'étaient pas autre chose que... des oranges. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Plutôt dans les régions du Sud. 

 

Quand la récolte-t-on ?

On récolte ses feuilles toute l'année et ses fleurs en juin et juillet. 

 

Comment l'utilise-t-on ?

Infusion de feuilles : jetez 10 à 20 g dans un litre d'eau bouillante. Laissez infuser pendant 15 minutes. A raison de 3 tasses par jour, cette tisane possède des vertus antispasmodiques et digestives. Elle a également la propriété de lutter contre la fièvre, la migraine et la toux nerveuse.

 

Infusion de fleur : jetez une cuillerée à soupe de Beurs dans une tasse d'eau bouillante et laissez infuser pendant un quart d'heure. Une à deux tasses par jour calment les grands nerveux, les insomniaques et ceux qui souffrent de tachycardies.

 

La décoction d'écorce d'orange amère : faites bouillir pendant 20 minutes une cuillerée à café d'écorce d'orange amère dans une tasse d'eau. Cette décoction bue avant les repas ouvre l'appétit et permet de lutter contre les acidités de l'estomac. 

 

Noyer

 

Connu dès la plus Haute Antiquité, pour ses vertus thérapeutiques comme pour son bois précieux, le noyer a très vite prêté ses feuilles, son écorce et ses chatons aux préparations médicinales. Il entrait même dans la composition d'un puissant contrepoison découvert par Pompé et repris ensuite dans " le Grand Albert", fameux traité de magie.

 

Où la trouve-t-on ? 

 Partout, mais surtout dans le Lot et en Dordogne.

 

Quand la récolte-t-on ?

On récolte les feuilles de juin à septembre.

 

Comment l'utilise-t-on ?

En infusion : laissez infuser 15 mn 20 g de feuilles dans 1 l d'eau bouillante. Cette tisane, à raison de 3 tasses par jour, à jeun, aide à soulager le rachitisme, le diabète, la tuberculose, les rhumatismes, la goutte. Elle est aussi vermifuge.

 

Le vin : laissez macérer pendant 8 jours 50 g de feuilles fraîches dans un litre de vin rouge. Un petit verre avant chaque repas vous rendra votre tonus.

 

En décoction : jetez 3 poignées de feuilles ou de brou de noix dans 2 litres d'eau bouillante. Faites bouillir pendant 15 mn. Cette décoction est à utiliser en injections vaginales dans les cas de pertes blanches, en gargarismes en cas d'angine, en lavages des affections de la peau, en bains en cas d'engelures ainsi qu'en rinçage pour obtenir une chevelure brillante. 

 

Bon à savoir : les feuilles de noyer sont souveraines contre les puces. Tapisses-en donc le panier de votre toutou préféré.

 

Orme

 

Les poètes de l'Antiquité l'appelait le « doyen » tant son utilisation est ancienne. Des manuscrits datant de centaine d’années avant Jésus-Christ sont là pour prouver qu'on employait déjà l'orme pour lutter contre les rhumatismes. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Au bord des cours d'eau et dans les vallées un peu fraîches.

 

Quand la récolte-t-on ?

On peut récolter l'écorce à cout moment de l'année.

 

Comment l'utilise-t-on ?

La décoction d'écorce : faites bouillir 30 g d'écorce dans un litre et demi d'eau. Laissez frémir jusqu'à obtention d'un litre d'eau. Filtrez dans un linge propre en pressant légèrement. Cette décoction doit être consommée à raison de 3 tasses par jour avant ou après les repas. Elle soulage les rhumatismes et permet l'évacuarion des liquides qui ont tendance à s'accumuler de façon anormale dans les tissus ou les cavités naturelles du corps. On peut également employer cette décoction en injections vaginales pour traiter les pertes blanches. En suivant les mêmes indications mais en utilisant 60 g d'écorce, on obtient une décoction à appliquer en compresses sur les articulations douloureuses. 

 

L'huile : faites chauffer pendant deux heures au bain-marie 30 g d'écorces concassées dans 100 g d'huile d'amandes douces. Laissez refroidir pendant une demi-journée au moins. Appliquée localement, elle soulage l'eczéma sec.

 

Myrte

 

Pendant l'Antiquité, le myrte était, tout comme le laurier, tressé en couronnes destinées aux poètes et aux militaires vainqueurs. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Dans les régions méditerranéennes, sur des terrains très secs et ensoleillés. 

 

Quand la récolte-t-on ?

C'est un arbuste persistant, on peut donc récolter ses feuilles durant tout l'été. 

 

Comment l'utilise-t-on ?

Les bienfaits thérapeutiques du myrte sont proches de ceux de l'eucalyptus.

 

En infusion : Jetez une cuillerée à café de feuilles de myrte dans une tasse d'eau bouillante et laissez infuser pendant 15 minutes. Vous pouvez consommer cette tisane à raison de trois tasses par jour en cas d'infection de la sphère ORL (otites, sinusites, rhumes...), ou des bronches. Elle est également efficace dans les cas de pertes blanches, diarrhées, inflammation de la prostate ... 

 

En usage externe : On peut utiliser les feuilles infusées ou la tisane pour soulager les plaies qui ont tendance à suppurer. 

 

Narcisse des Prés 

(jonquille)

 

Jean Valnet, dans son ouvrage « Phytothérapie », raconte comment, en 1777, un certain docteur Dufresnoy découvrit les vertus antispasmodiques du narcisse : il soignait alors une jeune fille sujette à des convulsions quotidiennes. Une nuit, elle réussit à dormir tranquille, sans souffrir de ses troubles. Pourquoi ? Parce qu'en vue d'une fête, on avait entreposé dans sa chambre des bouquets de narcisses. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Dans les prés de l'Europe entière.

 

Quand la récolte-t-on ?

On récolte ses fleurs au printemps. 

 

Comment l'utilise-t-on ?

En infusion : jetez une cuillerée à café de fleurs dans une tasse d'eau bouillante. Laissez infuser quelques minutes. Cette tisane a des propriétés antispasmodiques et anti diarrhéiques. On la conseille donc, à raison d'une cuillerée à soupe toutes les trois heures, dans les cas de toux convulsives (coqueluche, par exemple), asthme, convulsions, troubles nerveux ... Elle est aussi employée dans les cas de diarrhées chroniques. 

 

Attention : renfermant des principes amers, le narcisse est aussi, notez-le, un léger vomitif, c'est pourquoi l'infusion doit être absorbée par cuillerées et non par tasses.

 

Noisetier

 

Connu de tout temps pour ses vertus thérapeutiques, le noisetier, également appelé « coudrier », fournie aussi aux sourciers et autres radiesthésistes leurs... outils de travail.

 

Où la trouve-t-on ? 

A la lisière des bois et des forêts des régions tempérées. 

 

 

Quand la récolte-t-on ?

On récolte l’écorce en mars, les chatons au printemps et les feuilles de mai à août. 

 

Comment l'utilise-t-on ?

L'infusion de feuilles : jetez 25 g de feuilles dans un litre d'eau bouillante, laissez infuser 12 heures. Buvez une tasse de cette tisane, trois fois par jour en cas de troubles circulatoires (varices, hémorroïdes ...). 

 

La décoction d'écorce de jeunes rameaux : jetez 35 g d'écorce dans un litre d'eau froide. Faites bouillir pendant 10 minutes. A consommer à raison d'une tasse matin et soir dans les états fiévreux. 

 

Cette décoction, tout comme l'infusion de feuilles peut être utilisée en compresses sur les poches sous les yeux, ou pour nettoyer les ulcères et les plaies atones. 

 

La décoction de chatons : mettez 30 g de chatons dans un litre d'eau froide. Portez à ébullition et laissez frémir pendant un quart d'heure. A boire avant chaque repas pour lutter contre les kilos en trop.

 

Olivier

 

L'olivier est arrivé en France par Marseille, grâce aux Phocéens qui venaient coloniser la Gaule quelque 400 ans avant Jésus-Christ. Il n'en fallait pas plus pour que la Provence soit à jamais symbolisée  par cet arbre tordu aux feuilles vert foncé. 

 

Où la trouve-t-on ? 

Dans le bassin méditerranéen.

 

Quand la récolte-t-on ?

Jean Valnet signale que la feuille de rejet est la plus active et que mieux vaut la cueillir en novembre. 

 

Comment l'utilise-t-on ?

L'infusion : jetez 30 à 80 g de feuilles dans un litre d'eau. Faites bouillir quelques instants et laissez infuser pendant 10 minutes. Cette tisane combat l’hypertension artérielle, stimule le foie, favorise l'élimination par les reins, et aide à lutter contre le diabète et l'angine de poitrine. 

 

Bon à savoir : les chercheurs se sont aperçus que, dans les pays méditerranéens, les gens souffraient moins de maladies cardio-vasculaires. En y regardant d'un peu plus près, on s'est rendu compte que cela était dû à l'huile d'olive qui augmente le taux de bon cholestérol (HDL) et réduit le mauvais (LDL), d'où son rôle protecteur des artères. De plus, l'huile d'olive résiste très bien à de hautes températures.

 

Attention l'usage médicinal des plantes ne remplace en aucun cas l'avis de la "Faculté" ! Quelque soit les symptômes, rien ne remplace une consultation chez un médecin (agréé).

 

Ces usages ne sont que des compléments, ils ne peuvent et ne doivent en aucun cas se substituer à la médecine légale et à ses prescriptions ...