Hékaté

Auteur : Dorelle

 

Une déesse aussi complexe que fascinante, qui se fit découvrir par une rencontre avec la Titanide et les autres dieux que l’on côtoie aujourd’hui, par hasard et par le biais onirique.

 

La civilisation gréco-latine, sa mythologie, ses mœurs, son histoire sont fort attirant. Ce que l’on en connait se résume aux racontars des néopaïens légèrement à la masse qualifiant la déesse de bonne déesse, toute gentille qui exauce quand en a besoin, qui aide à retrouver les clés de voiture et qu’ils nourrissent (les néopaïens) de quelques raviolis, ou pire de leurs propres sangs.

 

Fasciné par la Grèce antique et son panthéon, l’on devrait craindre Hékate, connaissant plusieurs adeptes ayant eu des déboires avec elle, le désir finalement d’entamer une démarche dévotionnelle n’était pas là. C’est en s’intéressant aux pratiques nécromantiques des nécromanciens de l’antiquité que j’on se peut avoir les premiers signes de rapprochement avec elle.

 

Les recherches avancent et les clins d’œil à sa majesté s’intensifient. Cela va des livres sur la Grèce antique dans des vides greniers entourés de statuettes de chiens en Bronze. Cela peut se poursuivre avec des rêves où l’on fait ami-ami avec des loups dans une montagne paumé, des songes où se déroulent des rites nécromantiques relativement sanglants, mais aussi et surtout, ce qui est le plus flagrant, la trouvaille de statuette pouvant servir de support sacré à l’accueil du daïmon de la déesse. Le domaine des dieux et le paganisme, bien que des plus fascinant souffre d’un grand manque de considération de la part de ses praticiens, parfois malgré eux, de manque de sérieux ou pire, d’occultation des véritables attributs et de la complexité d’une divinité. Ainsi, la déité se voit tronquée au profit d’un être en conformité avec les aspirations de ceux et celles qui la prie. Ceci restant dans un non-sens des plus abjecte, un irrespect des plus intolérable. Il se faut comprendre que ce genre de pratique n’est pas anodine et peut s’avérer très dangereuse.

 

Entrons dans le vif du sujet, il s'agira que d'une ébauche consacrée à la grande déesse Hécate. L’on se contentera ici de ne donner que les grandes lignes, son histoire, ses attributs, ses rôles. Désolé mais vous ne trouverez donc pas de prières pour la contacter ou de charmes par son biais.

 

Son Histoire

 

La déesse Hécate fut l'une des déesses les plus importantes du monde antique , l'origine même de son nom est brumeuse, il viendrait étymologiquement d'Hékatos (qui œuvre de loin) ou encore Hekaton (une centaine), ses origines seraient proches de la perse, orientale tout du moins, car son père était Persès (le destructeur), et sa mère Astéria (la nuit étoilée), mais Persès est aussi l'adjectif de nationalité : perse, on retrouve ses traces partout en Grèce, à Rome, à Byzance, chez les mèdes qui sont directement relié  avec médée la sorcière, qui serait une fille d'Hécate. Elle est la maîtresse des carrefours (les carrefours sont, dans l’invisible, les points névralgiques de connexion entre les mondes) et est une très puissante protectrice aux multiples fonctions principalement apotropaïque (qui protège du mal), et Télétarque (qui apporte la connaissance des mystères), elle était associée à toute sortes de cérémonies dans le monde antique, y compris jumelée avec Déméter, et d’autres dans les fameux mystères d'Eleusis et de Sélinonte, Argos, et Samothrace. Liée à tant de rites, elle reçut nombres d'épithètes :

  • Chtonia (celle de la Terre) ;
  • Dadouchos (porteuse de la torche) ;
  • Enodia (celle des chemins) ;
  • Kleidouchos (porteuse des clés) ;
  • Kourotrophos (nourrice) ;
  • Phosphorus (porteuse de lumière) ;
  • Propolos (guide) ;
  • Propylaia (gardienne du portail) ;
  • Soteira (sauveuse) ;
  • Triformis (en latin) / Trimorphos (aux trois aspects) ;
  • Trioditis (aux trois chemins) ;

Le principal lieu de culte d’Hécate, outre le temple d’Eleusis, c'était Lagina, dans la région antique de Carie actuellement en Turquie, chaque année, cette ville était le théâtre de la Kleidos agoge, la procession des clés.

 

Hécate est une déesse si puissante, qu'elle a empire sur les cieux , la mer et la terre (la surface et les enfers), de ce fait elle dirige nombre de démons, (daïmons en grecs). Mais aussi des anges, tel que l'archange Michael, preuves retrouvées dans les papyrus grecs magiques, tablette de défixions, les daïmons étaient classés en deux groupes, les bons appelés les Eu daemons et les mauvais Kako daemons. Elle a sous sa tutelle des myriades d'anges et de démons, de créatures surnaturels et d'entités, mais elle domine, ne l'oublions pas, le monde des morts, elle est maîtresse en Nécromancie. Ses adeptes utilisent son pouvoir afin de se servir des morts pour leur compte, les rites nécromantiques faisant appel à ses trois noms sacrés.

 

Des défixions faisant appelles aux morts pour détruire ou créer l'amour restent encore des preuves de son culte rageur. Elle a à sa botte également l'empuse, ou Onochoé (pied d'âne) un démon de midi particulièrement vicieux et lieutenant d'Hécate. Elle règne également sur Cerbère, qui, outre sa visualisation de chien à trois têtes, apparaît comme humain à qui sait demander. Cerbère qui est un très puissant maître en Nécromancie.

 

N'oublions pas non plus l'esprit mortuaire de ses filles, expertes en Pharmakeia et Phytomageia (herboristerie et poisons) Circé et Médée, que la littérature a tôt fait de dépeindre comme de redoutables praticiennes.

 

Attributs d'Hécate

 

Les sandales d’airains, les torches, le serpent, vache/taureau, la tête de dragon, la jument, les chiens, la triple-lune qui aurait influencé la représentation de la déesse mère chez les druides et wiccans aujourd'hui, les clés, la lionne.

 

Les plantes d'Hécate

 

Elles sont souvent des plantes de morts, toxiques tel que l'aconit, mais d'autres sont toutefois présente et cités par Empédocle, célèbre Rhizotome (coupeur de racine), il y a l'ail, l'ébène, la mandragore, le chêne, le safran et l'if.

 

Le métal

 

Son métal est le bronze, car il est le métal lié au monde souterrain, de plus, il est mentionné par Hésiode, que le Tartare est entouré d'une barrière d'airain, et que les chaînes qui retiennent les titans sont faites de ce même métal, alliage d'étain, de cuivre et de quelques autres métaux encore. Selon Platon, on appelait le Bronze, l'orichalque, métal sacré des dieux. On dit que ses adeptes portaient des sandales d'airains, car on nommait Hécate la déesse aux sandales d'airains.

 

Ce métal était largement utilisé dans sa magie, des clous d'airains étaient utilisés pour transpercer des tablettes de plomb (les défixons), des disques polis d'airains pour la divination, des faucilles d'airains afin de cueillir les herbes de la déesse. Il est à noter également que les amulettes d'Hécate était également faites de Bronze.

 

Hécate et les anges

 

Aux vues des premiers écrits, il est clair qu'Hécate représentait une grande menace pour le christianisme, des théologiens tel qu'Origène, Arnobe de Sicca ont tous cherchés à la dénigrer. Cela venait sans doute d'une jalousie avec Jésus, car ils étaient tous deux liés aux anges, ce même mot vient du grec Angelos signifiant messager, et ce titre peut être accordé à de nombreuses divinités ou serviteurs spirituels du type d’Hermès.

 

Mais Hécate était tout particulièrement lié aux anges, dans des prières, exhortation ou évocation à Hécate-Séléné, on lui demande :

 

« Envoie tes anges de parmi ceux qui te servent ».

 

La hiérarchie des anges sous Hécate est bien moins complexe qu'il en est pour le judéo-christianisme, ils sont au nombre de trois sortes :

I. Les Iynges ou torcols, ils avaient pour mission d'attirer l'âme au plus près du divin et aidaient les initiés sur le chemin d'Hécate à accomplir leur perfectionnement, aidés du Strophalos, l’outil divin. Ils s'en servaient pour faire descendre le pouvoir du divin, remplissant le rôle de messager céleste.

II. Les Synocheis ou connecteurs, ils étaient désignés pour faire avancer l'harmonie et l'unification entre la déesse et ses adeptes.

III. Les Télétarchai ou gouverneurs de l'initiation, qui avaient une fonction essentiellement purificatrice.

 

Divinité Héllénistique au triple aspect lunaire, à savoir cosmique, tellurique et infernal ayant empire sur les trois royaumes, céleste, marin et terrestre et sous-terrain.

 

Déesse de l'abondance et de l'éloquence, apotropaïque, télétarque et bienveillante, mais aussi destructrice et terrifiante, elle a donc des fonctions multiples, et a une magie très puissante. Elle dirige les peuples nocturnes et mortuaires tel que : spectres, entités vampiriques, goules, démons. Elle préside à toutes les magies, essentiellement la Nécromancie. Elle commande L'empuse ainsi que Cerbère, elle est la matrice des âmes et a sous son emprise la naissance comme les décès, elle a emprise sur les morts.

 

Elle est la maîtresse suprême des mages et des sorciers, elle possède son propre culte et ne s'invoque que dans des carrefours ou dans des temples dédiés (Hékatéion) ainsi qu’en Esbat. Comme dit précédemment, sa magie est essentiellement nécromantique, on l’appelle par trois noms sacrés suivant les aspects que l'on désire d'elle (qui ne seront pas nommés ici) et qui sont les clefs de sa magie.

Elle est présente sous trois aspects, suivant ce qu'on attend d'elle :

  • Hékatê Antaïa lorsqu'elle envoi les démons ;
  • Hékatê Phosphôros lorsqu'elle préside aux mystères initiatiques ;
  • Hékatê Hêgémonê lorsqu'elle conduit les âmes et les purifies ;

On peut passer par l'Empuse ou Cerbère pour la contacter, on ne doit jamais l'invoquer sans les libations adéquates et en quantité suffisante, ses maléfices passent par les morts qui lui transmettent les demandes du mage.

 

La démonologie en a fait une démone s'occupant des chemins et des carrefours.

Elle ne se conjure jamais.

 

À titre indicatif, voici quelques fusions d'Hécate avec d’autres déesses grecques ou ses assimilations avec celles-ci :

  • Artémis-Hécate ;
  • Bendis ;
  • Bona dea ;
  • Brimo ;
  • Despina ;
  • Ereshkigal-Hécate ;
  • Isis-Hécate ;
  • Physis ;
  • Séléné-Hécate ;

Hécate, de par ses attributs et fonctions sorcière, appartient au large domaine de la Gnose noire.

 

Les archétypes sombres ont toujours plu, qu’il s’agisse d’Hécate, plus tard de la Santissima Muerte, de Satan, d’Hadès et l’on en passe et des meilleures, car le lien fait avec la notion de mal a toujours fasciné, qu’il soit fait consciemment ou inconsciemment. 

 

Ici l’on s’adresse à celui ou celle qui désirerait, après avoir lu cet article, qu’il soit le premier d’une longue série, ou pas, de vouloir tenter un contact avec cette divinité fascinante qu’est la dame des carrefours, loin de nous l’idée de vouloir les décourager, mais plutôt donner une démarche logique et une certaine réflexion.

 

La dévotion a des conséquences, à la fois sur soi, et sur son environnement, elle peut entraîner dans certains cas un véritable changement de comportement.

 

Cela est dû aux échanges entre l’essence même de la divinité, et de la psyché personnelle. 

 

Partant de là, sois bien conscient de ses actes, sachez que la dévotion, outre les aspects obligatoires et à vie, peut avoir de terribles conséquences si l’on s’y prend comme mal ou avec certaines imperfections.

 

Assurez-vous de toujours identifier totalement une divinité, quel qu’elle soit. Inspectez bien tous les recoins de sa personnalité, en bref, envisagez une véritable démarche de chercheur, et ne pas prendre que ce qui intéresse, parait plaisant ou simplement amusant. Ce n’est aucunement un jeu. Si vous ne voulez pas avoir de curieuses surprises, respectez un minimum les noms, les invocations et les règles des Arts.

 

Pour conclure ce petit article, nous avons commencé par mettre en lumière certaines pratiques aussi dangereuses que stupides menés par les néopaïens bisounours. 

 

Il nous faut maintenant remercier les chercheurs, et adeptes sérieux, aussi, merci à vous, la Tradition, entre vos mains, ne peut que survivre à toutes les épreuves.