De l’ère matriarcale au satanisme mondialiste

Rédacteur : Damatrios

 

Recommandations Importante !!!

 

Cette chronique comporte des images susceptibles de heurter la sensibilité de certaines personnes. En effet les illustrations de ce dossier ne sont pas de moi choix "unique" ; mais proviennent aussi de différents ouvrages et supports utilisés afin de le réaliser le plus fidèlement aux informations recueillies.

 

De même les propos rapportés en cette chroniques n'engagent que leurs auteurs initiaux, en aucun cas ils ne seraient m'être attribués.

 

Le sujet est plus que sensible ; il faut tout de même bien en parler ... Même si cela démontre, une fois de plus, le visage immonde de l'odieux Aleister Crowley.

L'Auteur de la Chronique

 

L’OTO d’Aleister Crowley

La gnose de Théléma

 

 

Les délires d’un pervers qui se prenait pour un Grand Prêtre alors qu’il n’était qu’un simple homme pourri de vices et de vicissitudes psychiatriques …

 

« Toi, soleil spirituel ! Satan ! Toi œil, toi volupté ! Crie fort ! Tourne la roue, ô mon Père, ô Satan, ô Soleil ! ».

Aleister Crowley

 

 

Edward Alexander Crowley (1875 – 1947), dit Aleister Crowley, et également connu comme Maître Therion, Frater Perdurabo ou The Great Beast 666 (La Bête) est un écrivain, occultiste et astrologue britannique. L’Ordo Templi Orientis (O.T.O.) = Ordre du Temple de l’Est ou Ordre des Templiers Orientaux ; est une organisation fraternelle et religieuse qui fut la première à accepter les principes et la loi de Thelema, qui est souvent résumée par la phrase : « Fais ce que tu voudras sera le tout de la loi ». Les thélémites pensent que cette loi fut établie par le Book of The Law (Liber AL vel Legis ou Livre de la Loi) dicté à Aleister Crowley en 1904 au Caire par l’entité Aïwass.

 

Un empire maçonnique templier

 

La structure de l’OTO est semblable à celle de la Franc-maçonnerie, avec une série d’initiations à des grades successifs. Dans un élan d’impérialisme mystique, son fondateur Theodor Reuss se félicitera plus tard que l’OTO ait absorbé la majorité des organisations chevaleresques, templières ou maçonnique. Dans une publication de l’Oriflamme il donne ainsi la liste des organisations couvertes par l’OTO :

 

« l’Église Gnostique Catholique, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Esprit, l’Ordre des Illuminés, l’Ordre du Temple, l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean, l’Ordre des Chevaliers de Malte, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Sépulcre, l’Église Cachées du Saint-Graal, la Fraternité Hermétique de la Lumière, la Saint Ordre de la Rose-Croix Hérédom, l’Ordre de l’Arche Sainte Royale d’Énoch, le Rite Ancien et Primitif de la Maçonnerie, le Rite de Memphis, le Rite de Misraïm, le Rite Écossais Ancien et Accepté, le Rite Swedenborgien, l’Ordre Martiniste et l’Ordre de Sat Bhaï ».

 

 

L’O.T.O. comprend également l’Ecclesia Gnostica Catholica ou Église Gnostique Catholique, qui représente la branche religieuse de l’ordre. L’O.T.O. prétend à 50 0000 membres dans 58 pays dont la moitié aux États-Unis. L’O.T.O est reprise en 1995 sur le rapport parlementaire de la commission d’enquête sur le sectes en France.

 

Isis la papesse

Un antéchrist matriarcal

 

 

La papesse Jeanne serait un personnage légendaire qui, au IXe siècle, aurait accédé à la papauté en dissimulant son sexe féminin. Son pontificat est généralement placé entre 855 et 858. L’imposture aurait été révélée quand elle aurait accouché en public lors d’une procession de la Fête-Dieu ; à l’origine Fête-Déesse. Selon le chroniqueur dominicain Jean de Mailly, elle est lapidée à mort par la foule pour avoir trompé l’Eglise sur son sexe ; selon Martin d’Opava, elle meurt en couches ; selon d’autres encore elle est simplement déposée, du fait qu’étant une femme, elle ne peut continuer à assurer sa fonction.

 

Un rite aurait été instauré par l’Église catholique pour éviter que cette mésaventure ne se reproduise : lors de l’avènement d’un nouveau pape, un diacre ; ou le plus jeune des cardinaux ; serait chargé de vérifier manuellement, au travers d’une chaise percée appelée sedia stercoraria, la présence des testicules, et s’exclamerait :

 

« Duos habet et bene pendentes ».

(Il en a deux, et bien pendants)

 

Ce à quoi le chœur des cardinaux répondrait :

 

« Deo gratias ».

(Rendons grâce à Dieu).

 


La Grande Prostituée au Saint Graal

 

Le franciscain Guillaume d’Ockham dénonce une intervention diabolique en la personne de Jeanne. De son côté, Luther témoigne avoir vu en 1510 un monument en l’honneur de la papesse, la représentant en habits pontificaux, un enfant à la main. Dans l’apocalypse de Saint Jean, le monstre matriarcal reviendra sous l’allégorie de la grande prostituée de Babylone, chevauchant sa bête immonde, tenant le Saint Graal Utérin, vénérée par toutes les nations, et qui sera terrassée par le retour du Christ et de sa mère, la sainte vierge Marie mère de Dieu.

 

« hix est sanguis meus »

(Ceci est mon sang … menstruel)

 

La Femme écarlate

La Grande Mère

La Mère des Abominations

 

Babalon ; connue aussi sous les épithètes la Femme écarlate, la Grande Mère ou la Mère des Abominations ; est une déesse que l’on rencontre dans le système mystique de Thelema, exposé en 1904 par l’œuvre du mage Aleister Crowley Le Livre de la Loi. Sous sa forme la plus abstraite, elle représente la pulsion sexuelle féminine et la femme libérée ; de même elle est aussi identifiée avec Mère Nature, dans son acception de fertilité. En plus de cela, Crowley considère que Babalon a un aspect terrestre, sous la forme d’un sacerdoce spirituel, qui pouvait être accompli par des femmes, de même qu’il s’identifiait à To Mega Therion (la Grande Bête), dont le devoir était de manifester les énergies de l’actuel Aeon d’Horus.

 

L’humanité était divisée en Éons, ères de 2.000 ans chacune, et l’Éon d’Horus venait de commencer : l’année 1904 était son an I, début de la religion gnostique des temps futurs.

 

Le nom de l’Ordre émanait de ce précepte du Livre de la Loi :

 

« Chaque homme et chaque femme est une étoile ».

 

 

Son parèdre est Chaos, le Père de la Vie, et l’aspect masculin du principe créateur. Babalon est souvent décrite une épée à la ceinture et chevauchant la Bête biblique. On la considère souvent comme une prostituée sacrée, et son symbole principale est le Calice ou le Graal.

 

Crowley écrit dans son Livre de Thoth : Elle chevauche la bête ; dans sa main gauche, elle tient les rênes, représentant la passion qui les unit. Dans sa main droite, elle tient la coupe bien haut, le Saint Graal enflammé avec l’amour et la mort. Dans cette coupe sont entremêlés les éléments du sacrement de l’Éon.

 


L’ère matriarcale d’Isis

L’ère patriarcale d’Osiris

 

 

Dans la pensée de Crowley, le monde est soumis à une succession de cycles qu’il nomme Éons. L’Éon d’Isis correspond à l’Âge Matriarcal ; il est suivi de l’Éon d’Osiris, le Père, qui, lui, correspond à l’essor des religions patriarcales, christianisme, islam, etc. ; et enfin de l’Éon d’Horus, le Fils, dont Crowley prétend être justement l’annonciateur, le prophète, du fait de sa réception du texte sacré de cet âge : le Livre de la Loi. Ce document le désigne expressément comme « The Beast » que l’on traduit généralement par la Bête mais que l’on peut également rendre par Antéchrist. Pour Crowley, le fait que Saint Jean, dans son Apocalypse, perçoive la Bête comme maléfique, vient de son incompréhension de la nécessité du remplacement d’un éon par un autre qui l’annule tout en le transcendant.

 

Le premier Éon d’Isis était maternel, où l’aspect féminin de la divinité était vénéré, du fait d’une société matriarcale, et surtout de l’idée que la Terre-Mère nourrit, habille et protège l’homme au sein de l’utérus de la Matrice. Cette ère fut caractérisée par le culte païen de la Mère et de la Nature. Dans son Equinox des Dieux, Crowley décrit cette période comme simple, calme, facile et agréable ; le matériel ignorant le spirituel.

Equinoxe des Dieux

 

Le mage Lon Milo Du Quette fait remarquer que cet éon était l’âge de la Grande Déesse, et qu’il tirait son origine dans la préhistoire, atteignant son zénith à environ 2400 av-JC. Poursuivant cette idée, il fait remarquer que cette période était quand le culte de la Grande Déesse était véritablement universelle. Elle était adorée par d’innombrables cultures sous des noms et des formes innombrables.

 

De l’ère du chaos d’Horus

A l’ère de justice de Maât

 

La nouvelle religion thélémite se caractérise par la croyance d’une évolution de l’humanité par éons. D’abord celui d’Isis, ère des sociétés matriarcales et des Dieux païens, puis celui d’Osiris, l’éon des Dieux agonisants dont le christianisme est le meilleur, mais non le seul, exemple. Depuis avril 1904, celui d’Horus, le Dieu de l’extase et de la violence, Dieu de feu et de flamme, et dans environ 2.000 ans, l’Éon de Maat. Maât est, dans la mythologie égyptienne, la déesse de l’ordre, de la solidarité, de l’équilibre du monde, de l’équité, de la paix, de la vérité et de la justice. Elle est l’antithèse de l’isfet (le chaos, l’injustice, le désordre social. Crowley n’était plus un simple instructeur de magie, mais le prophète d’un nouveau système de pensée, d’un système qui ressemble beaucoup à une religion, avec son panthéon, ses rites, ses fêtes, ses missionnaires ; les membres de l’Ordo Templi Orientis¬ et son église ; l’Église Catholique Gnostique.

 

L’anéantissement de l’humanisme

 

Horus est non seulement le Fils dans la trinité égyptienne Isis-Osiris-Horus mais aussi le dieu de la guerre. Son âge marque l’anéantissement de l’humanisme.  Vous êtes contre le peuple, ô mes élus ! 

Liber Legis, II-25

 

Ainsi qu’une infantilisation générale de l’espèce humaine se signalant par l’éclatement de conflits mondiaux et de catastrophes de toute nature. L’analogie avec le Kali-Yuga hindou est manifeste.

 

Crowley et le Nouvel Ordre Mondial

 

La démocratie marchande est aussi pour Crowley l’universalisme niveleur :

 

« L’irrémédiable calamité qui fait qu’il est maintenant un principe accepté de tenter de rendre la tyrannie internationale, de supprimer toutes les coutumes d’intérêt historique, et tout ce qui tend à la variété de la société humaine dans le but de construire un marché pour des produits standardisés. Le progrès de cette pestilence n’est que trop visible à travers le monde.

Les hôtels standardisés et les marchandises standardisées ont envahi jusqu’aux districts les plus éloignés, et cela n’a été possible économiquement que par la suppression forcée de la compétition locale. Les exquis, dignes et confortables vêtements des peuples lointains, de la Sicile au Japon, doivent céder la place à la vile camelote des usines étrangères, et cela est appuyé par une campagne internationale basée sur le snobisme. Les peuples sont persuadés qu’ils doivent se vêtir comme des ducs sportifs ou des présidents de banques. Un tel plan repose évidemment sur la destruction de tout ce qui fait l’originalité, le respect de soi, l’amour de la beauté et la référence pour l’histoire ».

 

Cet universalisme devient pour Crowley la pire des tyrannies :

 

« La tentative délibérée de standardiser les conditions sociales, de tarir l’originalité, d’ostraciser le génie, de discipliner la vie dans ses moindres détails, va faire de la terre de la liberté une colonie de bagnards et modeler la civilisation sur celle des fourmis ».

 

De surcroît, A. Crowley voit dans les valeurs de la démocratie marchande un anti-eugénisme et la cause d’une dégénérescence de la race humaine.

 

Celle-ci :

 

« Grandit en stature et intelligence aussi longtemps que la sécurité fut acquise par la bravoure, ainsi les plus forts et les plus doués étaient capables de reproduire leur espèce dans les meilleures conditions. Mais quand la sécurité devint générale, à cause de l’altruisme, les plus dégénérés furent acceptés comme les enfants des plus forts ».

 

Antisémite

 

En ce qui concerne le judaïsme, Crowley était antisémite, comme beaucoup de chrétiens occidentaux de son époque. Précisément, il adhérait aux accusations de crimes rituels voulant que les célébrations juives nécessitent des sacrifices d’enfants chrétiens. Son antisémitisme lui a posé des problèmes, étant donné le rôle central joué par la kabbale juive dans l’Astrum Argentum. Ses écrits, jusqu’à sa mort, continuent de se débattre douloureusement contre cette vérité que la Kabbale est juive.

 

La Kabbale volée aux Égyptiens

 

 

Une tentative de rationalisation persistante dans son œuvre consiste à affirmer que les Juifs ont volé la Kabbale aux Égyptiens, une assertion qui ne trouva que peu de soutien, même auprès des érudits de son époque. Par moments, il maintenait que cette histoire de sacrifice sanglant avait une symbolique ésotérique liée au sang rédempteur, mais généralement, l’accusation lui servait d’argument pour condamner la conduite morale des Juifs. L’antisémitisme de Crowley serait difficile à défendre et constitue un obstacle pour de nombreux lecteurs.

 

La Merkaba ou Merkavah est un terme hébreu qui signifie char ; de la racine R-K-B signifiant chevaucher.

 

C’est un des plus anciens thèmes du mysticisme juif. Il s’agit pour le mystique d’accéder à la contemplation de ce trône céleste. En égyptien, MER = corps, KA = esprit, BA = âme.

 

La Première Pensée de Dieu

 

Crowley se surnomma lui-même la Grande Bête ou Méga Thérion en grec ; 666, en tant que fondateur d’une gnose qui abolirait le christianisme, et fit de la grande prostituée une déesse du nom de Babalon, amalgame de Babylone et de Barbelo, la mère lubrique des archontes de l’univers de chez les gnostiques. Tout en accordant de l’importance à Isis et à Vénus, il mit au-dessus d’elles Babalon ; qui n’était autre que Barbélô, la Première Pensée de Dieu pour les gnostiques, qu’il assimilait à la Grande Prostituée de Babylone de l’Apocalypse. Les actes d’adoration de Crowley à Babalon furent si convaincus et fervents qu’elle apparaît comme l’archétype de la Féminité.

 

 

La Femme Écarlate, chevauchant la Bête pour la guider, était la représentante de Babalon, dont le prophète de la nouvelle religion devait s’assurer la protection. Il rechercha pour compagne une Femme Écarlate, capable de stimuler par son mysticisme érotique l’inspiration d’un mage. Comme un tel rôle féminin est difficile à assumer, il aura successivement plusieurs femmes écarlates.

 

 

Le credo gnostique de Babalon

 

Ecclesia Gnostica Catholica est la branche l’église gnostique incorporée dans les organisations initiatiques d’Aleister Crowley.

 

Le credo de l’Ecclesia Gnostica Catholica ; aussi connu sous le nom de credo gnostique ; est récité lors de la Messe Gnostique pendant la cérémonie de l’introït est le suivant :

 

« Je crois en un Seigneur secret et ineffable ; et en une Étoile dans la Compagnie des Étoiles à partir du feu de laquelle nous avons tous été créés, et vers qui nous retournerons tous ; et en un Père de la Vie, Mystère du Mystère, en Son Nom CHAOS, le seul vice régent du Soleil sur la terre, et en l’Air unique qui nourrit tout ce qui respire.

 

Et je crois en une Terre, notre Mère à tous, et en une Vierge dont sont issus tous les hommes et où ils résideront tous, Mystère du Mystère, en Son Nom BABALON.

 

Et je crois au Serpent et au Lion, Mystère du Mystère, en Son Nom BAPHOMET.

 

Et je crois en une Église Gnostique et Catholique de la Lumière, de la Vie, de l’Amour et de la Liberté, dont le Mot est THELEMA.

 

Et je crois en une communion des Saints.

 

Et, aussi longtemps que la nourriture et la boisson seront transmutées en nous journellement en une substance spirituelle, je crois au Miracle de la Messe.

 

Et je confesse un Baptême de la Sagesse, par lequel nous accomplissons le Miracle de l’Incarnation.

 

Et je confesse ma vie une, individuelle & éternelle qui fut & est & qui sera.

 

AUMGN. AUMGN. AUMGN ».

 

 

La Vraie Volonté

 

Le point le plus important est la découverte de ce que Crowley nomme la Vraie Volonté.

 

« Do what you will shall be the whole of the Law ».

(Fais ce que veut sera le tout de la Loi)

 

C'est l’une des principales phrases clés du Liber Legis. Et donc, tout l’édifice de pratiques mises au point ou améliorées par Crowley vise à un décapage de ces scories ; que l’on peut dire qliphotiques pour employer une terminologie hébraïque ; ainsi qu’à orienter l’individu vers un dépassement permanent de lui-même, jusqu’à l’inconnaissable néant, le zéro infini de la Kabbale qui, chez la Bête, est connu comme féminin, plus précisément il est représenté par la déesse égyptienne Nuit.

 

Tortures pour une surhumanité

 

Il existe des techniques pour contrôler tout acte, parole ou pensée, telles celles du Liber III vel Jugorum qui recommande de s’entailler le bras à l’aide d’un rasoir chaque fois que par exemple : l’on prononce un mot courant que l’on s’était juré d’éviter. On a dit que pour punir les femmes à Cefalu, Crowley les obligeait à se tenir debout nues sur une hauteur, les bras en croix. Ce n’était pas une torture qu’il leur infligeait ; elles priaient, tout simplement. Ou alors, le magicien doit adopter consécutivement plusieurs personnalités totalement différentes et parfaitement jouer son rôle, ce afin de détruire les limitations de sa psyché. Le but est d’arriver à une surhumanité.

 

« Chaque homme et chaque femme est une étoile ».

AL. 1-3

 

Tout individu qui ne s’est pas délivré des illusions du monde phénoménal relève de la sous-humanité. Crowley considère que tout homme et toute femme est une étoile, et toute étoile possédant sa course, déterminée par la Vraie Volonté, plus elle est ignorante de cette dernière, plus elle dévie de son orbite et a donc de chances de rentrer en conflit avec les étoiles voisines.

 

Illustration reprise du jeu Yu-Gi-Oh

 

L’homme est un Dieu qui s’ignore

 

Dans l’ensemble de son œuvre, Crowley affirme l’idée que l’homme est un Dieu qui s’ignore et que seul le travail magique peut lui permettre de découvrir cet état. La tâche de sa vie était de rédiger un traité des méthodes par lesquelles l’homme peut atteindre la divinité, de démontrer qu’il n’y a qu’une seule définition principale de l’objet de tout le rituel magique, c’est l’union du microcosme avec le macrocosme.

 

Magie sexuelle

L’homme le plus pervers du Royaume Uni

 

Aleister Crowley, le maître de la Gnose moderne, a été également le plus grand théoricien et praticien de la magie sexuelle, qui est l’art de produire, de contrôler, d’utiliser, d’intensifier tous les effets de la sexualité, du désir au plaisir, pour influencer la réalité quotidienne. Il lut l’Apocalypse et pour défier les puritains qui en faisaient leur référence, déclara qu’il serait la Bête 666 chevauchée par la Grande Prostituée de Babylone vêtue de rouge, et rechercha désormais pour compagne cette femme écarlate ; il en aura 9 pendant sa vie.

 

Le Grand Œuvre érotique

 

Illustration émanant du Grand Rite

selon la Wicca de Gérald Gardner et Margaret Murray

 

L’OTO comportait 12 degrés d’initiation, dont les 6 derniers étaient réservés à la maîtrise du sexe.

Francis King dit :

 

« Au huitième degré, on enseignait un mode particulier d’activité autosexuelle ; que je qualifierai seulement de masturbation magique ».

 

Le IXe degré, considéré comme l’Art royal et sacerdotal, rendait les adeptes capables du Grand Œuvre érotique, où ils nommaient d’ailleurs leur pénis l’athanor, le vagin la cucurbite, le sperme la matière primordiale, et son mélange avec les sécrétions féminines l’amrita ou l’élixir. Ce sera désormais l’idéal de Crowley quand il fera l’amour avec des partenaires choisies exprès à cet effet.

 

Illuminati homosexuels

Le but ultime de l’Ordre

 

 

Les rituels d’initiation des degrés supérieurs ; du VI° au XII° ; tourneront exclusivement autour de la magie sexuelle, on y explique graduellement les diverses œuvres magiques à accomplir, le symbolisme caché des grades, le but ultime de l’Ordre.

  • VI° Illustre Chevalier (Templier) de l’Ordre des Kadosch, et Compagnon du Saint-Graal, Grand Inquisiteur Commandeur, et Membre du Grand Tribunal, Prince du Royal Secret ;
  • VII° Theoreticus, et Très Illustre Souverain Grand Inspecteur Général, Mage de la Lumière, et Evêque de l’Ecclesia Gnostica Catholica, Grand-Maître de la Lumière, et Inspecteur des Rites et Degrés ;
  • VIII° Parfait Pontife des Illuminati Épopte des Illuminati ;
  • IX° Initié du Sanctuaire de la Gnose ;
  • X° Rex Summus Sanctissimus) ;
  • XI° dédié à la magie homosexuelle ;
  • XII° Frater Superior, et Chef Visible de l’Ordre ;

Magie homosexuelle de Baphomet

 

Des épîtres comme De Arte Magica ou le Liber Agape fourmillent de métaphores sexuelles et de recommandations rituelles devant permettre aux membres de développer leurs pouvoirs magiques au travers de la production et de la consommation de l’Élixir (le sperme), de la pratique du Hierogamos hétéro ou homosexuel. Ainsi, le système de la magie sexuelle de l’OTO se développait de la manière suivante :

  • Le VII° est centré sur l’adoration du phallus sous le symbole de Baphomet ;
  • Le VIII° est centré sur la masturbation au sein de l’œuvre mineure du soleil ;
  • Le IX° est centré sur l’interaction, au sein de rituels hétérosexuels, entre le sperme, le sang et les sécrétions féminines ;
  • Le X° est centré sur l’imprégnation et la fertilisation de l’œuf afin d’assurer la succession du Chef Extérieur de l’Ordre ;
  • Le XI° est l’œuvre per vas nefandum (l’anus) dans le cadre de la magie homosexuelle ;

 

 

La masturbation magique

 

D’après le rituel de l’OTO, l’acte sexuel peut servir à réaliser un vœu ou faire arriver un événement dans un futur proche, si on l’accomplit en exécutant des gestes spéciaux et en prononçant des paroles sacramentelles, dans une chambre aménagée en temple. La masturbation doit être un entraînement à cet idéal. C’est pourquoi le huitième degré de l’OTO, celui où il fallait être passé maître pour accéder à l’enseignement du neuvième degré sur le coït, était l’apprentissage de la masturbation magique. Son traité de la masturbation s’intitula De nuptiis secretis deorum cum hominibus (Des noces secrètes des dieux avec les hommes), parce qu’il y montra comment se masturber divinement, et non pas banalement ou vulgairement. Jusqu’alors les hommes se masturbaient par manque de femme et pour évacuer un surplus de semence : avec lui, des initiés prirent conscience qu’on pouvait le faire pour se concilier les forces divines gouvernant l’univers. À cela s’ajoute le développement d’un fantasme de Crowley qu’il avait déjà manifesté à New York lorsque, pour acquérir le pouvoir magique, il se masturbait en pensant qu’il était sodomisé par Hermès.

 

Les noces alchimiques sexuelles

 

 

Crowley pensait que les rapports sexuels organisés rituellement étaient des noces chimiques produisant un élixir aux propriétés magiques. Le mélange du sperme et de la cyprine était la substance sacramentelle de l’opération. Il possédait la vertu de transmutation du possible en réel. Sa Haute Magie sexuelle est un rituel à deux. Une fois l’orgasme atteint par les 2 partenaires, il recueille l’élixir dans le sexe de la femme, c’est-à-dire la semence masculine enrichie par la sécrétion génitale féminine. Il en fait une offrande au dieu invoqué. On remarquera qu’il cherche, dans le coït magique, une seconde naissance. D’après lui, l’opération de magie sexuelle se passe dans un état de lucidité éroto-comateuse (eroto-comatose lucidity) : c’est une agonie clairvoyante où l’on meurt pour renaître doté d’un pouvoir spécial.

 

Les 600 concubines du roi Salomon

 

Ainsi A. Crowley a disposé, pour ses opérations de magie sexuelle, d’un harem renouvelé chaque année, constitué de nombreuses prostituées ; certaines le servant en véritables adeptes, mais aussi de bourgeoises et d’artistes cherchant à pénétrer les arcanes du High Magick Art à travers lui. Il passait alternativement de celle-ci à celle-là, comme le roi Salomon parmi ses 600 concubines, et il avait des favorites qui changeaient au gré des circonstances.

 

L’or rouge menstruel

 

 

Dans son alchimie de la sexualité, Crowley donna un sens concret à la notion de menstrues que les alchimistes prenaient au figuré. Pour recevoir de l’or, rien de mieux que de faire l’amour avec une femme qui a ses règles, car l’or rouge de la menstruation attirera par analogie le vrai métal précieux. Il préparait aussi des talismans, posés sur un autel, en les enduisant de l’élixir recueilli dans la cucurbite d’une partenaire menstruée.

 

Francis King raconte :

 

« Aleister Crowley détenait un talisman appelé Segelah destiné à faire obtenir un grand trésor … J’ai vu cet objet, aussi déplaisant que possible, car il est barbouillé de sperme séché et de sang menstruel. Crowley ne réussit jamais à découvrir un grand trésor sauf, comme le diraient ses disciples, dans un sens symbolique. Toutefois l’actuel possesseur du talisman s’en est servi pour dénicher des livres rares ».

 

 

Le messie thélémique

 

En 1942, Jack Parsons fut nommé à la tête de la Loge d’Agapé de l’O.T.O. par Aleister Crowley. Comme lui, il était obsédé par l’idée de créer un enfant magick avec Babalone ou une Femme Ecarlate. Il cherchait à concevoir un enfant magick qui serait le produit de son environnement plutôt que de son hérédité. Crowley lui-même décrit l’enfant magick en ces termes précis dans Moonchild. La Machinerie de Babalone elle-même n’était qu’une préparation à ce qui était à venir : un messie Thélémique.

 

 

Aiwass, l’esprit qui inspira Crowley

 

Les 8, 9 et 10 avril 1904, au Caire, une voix sensée être celle de l’esprit Aiwass ; mais qu’il reconnut être une manifestation de son moi profond, dicta à A. Crowley le Liber Legis, composé de 3 chapitres et de 220 versets où se mêlent passages à résonances nietzschéennes, positions déclamatives d’un mysticisme sensuel et d’une métaphysique obscure, et indications précises concernant d’éventuels rituels. À partir de l’été 1909, Crowley entreprit d’en faire l’évangile d’une nouvelle religion gnostique et messianiste : le thélémisme.

 

« Mon observation de l’univers m’a donné la certitude qu’il existait des êtres d’une intelligence et d’une puissance d’une qualité incomparable à tout ce que l’humain pouvait concevoir… Et qu’il n’existe qu’une seule et unique opportunité pour que l’humanité puisse progresser d’un seul bloc : entrer en contact avec ces êtres ».

Aleister Crowley - 1944

 

Communier avec les extraterrestres

 

 

Pour les occultistes qui suivent les lignes de l’O.T.O., l’idée est d’invoquer ces entités Lam au travers de portails magiques ; des brèches intentionnellement créées dans l’espace et le temps ; pour qu’ils se manifestent physiquement sur la planète Terre.

 

Selon une édition récente du journal Khabs de l’OTO : 

 

« L’occupation centrale de la magie est la communion avec des intelligences désincarnées ou extraterrestres […] ».

 

Les Travaux d’Amalantrah

Tout est dans l’œuf

 

Entre janvier et mars 1918, à New York, Aleister Crowley a réalisé une série de rituels magiques, les Travaux d’Amalantrah. L’un de ses objectifs durant la série de rituels était de manifester sur le plan matériel une intelligence. Crowley aurait affirmé avoir réussi, et avoir dessiné un portrait de l’être qu’il a conjuré. Cette intelligence fut Lam, dont la ressemblance avec les extraterrestres gris et d’autres entités paranormales a été noté depuis lors.

 

Quelques années plus tard, on peut lire dans l’introduction de : La Déclaration de Lam signée Michael Staley :

 

« Crowley n’a laissé aucune indication sur l’origine de ce portrait, mais il a souligné des années plus tard qu’il s’était inspiré de faits vécus. Il est certain, cependant, que le dessin vient de l’œuvre d’Amalantrah, une série de visions magiques et de communications reçues en 1918 par le biais de Roddie Minor. Cette œuvre constitua à bien des égards, la suite du travail d’Abuldiz effectué des années plus tôt. Dans ces deux œuvres, le symbolisme de l’œuf figure en bonne place. L’une des visions du Groupe de travail d’Amalantrah se clôt par la phrase « Tout est dans l’œuf ».

 

Lors des dernières phases conservées de ce travail, en réponse à une question sur l’œuf il fut dit à Crowley :

 

« Tu vas aller dans cette voie ».

 

 

L’être suprahumain extraterrestre

 

Kenneth Grant (né le 8 avril 1924 - Décédé le  15 janvier 2011) était un occultiste anglais chef de file de l’Ordo Templi Orientis Typhonien ou Ordre Typhonien. La carrière magique de Grant commença en 1939, peu avant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il prétendit avoir reçu sa première transmission de l’être supra-humain S’lba. L’Ordre Typhonien est l’un des ordres magiques contemporains les plus connus travaillant sur base des écrits de Kenneth Grant. Bien que ce groupe continue à promouvoir la loi de Thelema d’Aleister Crowley, il se concentre sur l’exploration d’intelligences extraterrestres ainsi que du mythe de Cthulhu de H.P. Lovecraft.

 

Les Grands Anciens de Lovecraft

 

Kenneth Grant déclare que :

 

« Lam est un Grand Ancien dont l’archétype se retrouve dans les comptes-rendus des témoins d’apparitions d’ovni ».

 

 

Ailleurs, il écrit :

 

« Crowley savait qu’il était possible d’ouvrir les portes spatiales et de faire pénétrer un courant extraterrestre dans le flux de la vie humaine … C’est une tradition occulte et Lovecraft l’a exprimé de façon insistante dans ses écrits ; que de penser que certaines puissances transfinies et surhumaines sont en train d’adapter leurs forces dans l’intention d’envahir et de prendre possession de notre planète … Cela rejoint les nombreux écrits pessimistes de Charles Fort concernant une société secrète sur terre qui serait déjà en contact avec des êtres cosmiques et, peut-être, occupée à préparer la voie à leur avènement. Mais Crowley dissipe l’aura maléfique que ces auteurs (Lovecraft et Fort) confèrent au phénomène. Il préfère l’interpréter en termes thélémites, non comme une attaque contre la conscience humaine, mais comme le désir d’embrasser d’autres étoiles pour mêler leurs énergies à un système qui sera ainsi enrichi et rendu véritablement cosmique par le processus … ».

Aleister Crowley and the Hidden God, Kenneth Grant, Editions Muller 1973

 

La brèche dans les espaces entre les étoiles

 

Il est généralement admis dans les cercles occultes que Crowley a intentionnellement ouvert un portail au moyen de rituels magiques lors de l’œuvre d’Amalantrah qui a fourni à Lam et d’autres entités similaires, un passage vers la terre. La brèche dans les espaces entre les étoiles créée par le Groupe de travail Amalantrah aurait généré une passerelle par laquelle Lam et d’autres influences extra-cosmiques pourraient pénétrer l’univers connu, et plus particulièrement, notre terre.

 

Selon les occultistes concernés, le portail a depuis lors été élargi.

 

Responsable de l’arrivée des extraterrestres

 

 

« Désormais, l’idée qu’Aleister Crowley était responsable de l’arrivée des extraterrestres de type gris dans notre monde continue de se répandre dans la blogosphère comme un même particulièrement virulent ».

The LAM hypothesis - Graylien, 2007

 

Le thélémisme dévoyé

 

De cette supposée manifestation d’Amalantrah, Crowley ne dit pas un mot dans son compte-rendu de 80 pages ; pas plus que dans le reste de son œuvre. Le dessin aujourd’hui connu comme le portrait de Lam fut rendu public pour la première en 1919, lors d’une exposition intitulée : Dead Souls qu’Aleister Crowley effectua à Greenwich Village, à New York.

 

La même année, il fut inséré en guise de frontispice au commentaire que le mage effectua du texte de Blavatsky La Voix du Silence, pour sa revue The Equinox. Sous l’image, intitulée : La Voie, se trouvait l’inscription suivante :

 

« Lam est le terme tibétain pour chemin ou voie, et Lama qui est Celui Qui Va, le titre spécifique des Dieux de l’Égypte, le Passeur sur le Sentier, dans la phraséologie bouddhique. Sa valeur numérique est 71, c’est-à-dire le nombre de ce livre ».

 

Selon ses dires, Kenneth Grant serait tombé en 1945 sur le dessin, en rangeant les affaires de Crowley qui se serait alors proposé de lui offrir s’il découvrait ce que l’image représentait. L’élève se serait exclamé « une entité extraterrestre ! » et aurait remporté le panier garni. Une autre version de l’histoire nous dit que Crowley aurait offert le portrait à son disciple pour le remercier de l’avoir assisté alors qu’il était malade.

 

Quoi qu’il se soit réellement passé, Grant garda précieusement le tableau et, trente ans plus tard, en publia une reproduction dans son premier ouvrage, The Magical Revival en 1972. Désormais, l’entité à grosse tête hérite d’un nom inspiré du commentaire de The Equinox. Il s’appellera Lam et sera présenté par Grant comme une entité extraterrestre avec laquelle Crowley serait entré en contact sur le plan astral en 1919 …

 

Des templiers extraterrestres au templiers vaudou

 

 

Pour conclure, l’OTO issu de Crowley a éclaté en une myriade d’ordres se déclarant seuls dépositaires de la pensée et de l’œuvre du « Maître », des templiers orientaux pratiquant le vaudou à ceux qui voudraient réintégrer le Christ dans les rituels, on tombe sur tout et n’importe quoi.

 

Bibliographie de cette partie

 

  • La Servante écarlate – Margaret Atwood

 

  • Moon-Child
  • Le Livre de la Loi – Aleister Crowley
  • Liber 777

 

 

Pour aller plus loin sur Mr CROWLEY

 

Ozzy Osbourne - Mister Crowley (Lyrics)

 

Paroles 

 

Mr. Crowley, what went on in your head

Mr. Crowley, que s'est-il passé dans ta tête

Ooh Mr. Crowley, did you talk with the dead

Ooh Mr. Crowley, as-tu parlé avec le mort

Your life style to me seemed so tragic

Ton style de vie me semblait si tragique

With the thrill of it all

Avec la passion de tout ça

You fooled all the people with magic

Tu as trompé tous les gens avec magie

You waited on Satan's call

Tu attendais l'appel de Satan

Mr. Charming, did you think you were pure

Mr. Charmant, pensais-tu que tu étais pur

Mr. Alarming, in nocturnal rapport

Mr. Alarmant, dans le rapport nocturne

Uncovering things that were sacred manifest on this Earth

Découvres des choses qui étaient manifestement sacrée sur cette terre

Conceived in the eye of a secret

Conçues dans l'oeil d'un secret

And they scattered the afterbirth

Elles ont été dispersées à la naissance

Mr. Crowley, won't you ride my white horse

Mr. Crowley, ne veux-tu pas monter mon cheval blanc

Mr. Crowley, it's symbolic of course

Mr. Croley, c'est symbolique bien sur

Approaching a time that is classic

Approchant un instant qui est classique

I hear maidens call

J'entend l'appel des demoiselles

Approaching a time that is drastic

Approchant un instant radical

Standing with their backs to the wall

Attendant avec leurs dos contre le mur

Was it polemically sent

Était-ce envoyé polémiquement

I wanna know what you meant

Je veux savoir ce que tu voulais dire

I wanna know

Je veux savoir

I wanna know what you meant

Je veux savoir ce que tu voulais dire

 

Bibliographie

 

Edward Alexander Crowley est né le 12 octobre 1875 à Royal Leamington Spa dans le Warwickshire et décédé 1° décembre 1947 à Hastings. Dit Aleister Crowley, il est également connu comme Maître Therion, Frater Perdurabo, The Great Beast 666 ou l’homme le plus malsain du monde. C'est un écrivain, poète, occultiste, franc-maçon, tarologue et astrologue britannique.

 

Fils d'une riche famille protestante fondamentaliste, du courant darbyste, il abjure la foi chrétienne à l'adolescence, après la mort de son père. À Cambridge, il change son prénom d'Edward en Aleister et commence à s'intéresser à l'occultisme. Initié au sein de la Golden Dawn, il s'en détache rapidement pour poursuivre sa propre voie ésotérique, fondée sur une magie sexuelle. Il dilapide sa fortune au cours de ses recherches qui le mènent partout dans le monde.

 

Crowley devient rapidement très controversé, tant pour ses mœurs sexuelles que pour ses idées occultistes, mais aussi pour ses idées politiques. Germanophile, il devient indésirable au Royaume-Uni avec la Première Guerre mondiale. Il est ensuite chassé de Sicile, où il s'était installé, après divers scandales. Il continue ses errances. Il meurt à 72 ans d'une crise cardiaque liée à une bronchite chronique due à sa forte consommation de drogues. Il est incinéré à Brighton et ses cendres ont été perdues.

 

Aleister Crowley est surtout connu pour ses écrits sur l'occultisme, particulièrement le Livre de la Loi (The Book of The Law), le livre sacré de Thelema. Crowley était également membre influent de plusieurs autres organisations occultes : l'Astrum Argentum et l'Ordo Templi Orientis. Concernant cette dernière organisation, il participa même à la réécriture complète de ses rituels en fonction de la Loi de Thelema.

 

Jeunesse et éducation

 

Edward Crowley est l'héritier unique ; sa sœur cadette meurt en bas âge ; d'un riche brasseur à la retraite, propriétaire des brasseries Crowley's Ales, et de son épouse Emily Bertha Bishop. Il vit ses premières années dans le confort matériel et développe aussi très tôt un complexe de supériorité intellectuelle et spirituelle.

 

Par ailleurs, la famille est membre du groupe religieux protestant fondamentaliste des Frères de Plymouth. Après le décès de son père, Edward Crowley rejette cet héritage religieux. Sa mère commence à lui donner alors le surnom qu'il s'appropriera ensuite : The Beast, en référence à la Grande Bête 666 de l’Apocalypse de saint Jean. Il est confié à la garde de son oncle maternel Tom Bond Bishop, d'apparence philanthrope mais cruel avec son neveu. Son oncle est un prêcheur fanatique et il oblige Edward Crowley à apprendre la Bible par cœur.

 

Edward Crowley suit les cours d'abord du Malvern College en 1891 - 1892 puis de la Tonbridge School en 1892. Il ne s'y sentit jamais à l'aise. En 1895, il entre au Trinity College (Cambridge) où il commence à étudier les sciences naturelles. Il est cependant plus doué dans des disciplines annexes : échecs et alpinisme. Il semblerait que ce soit alors que, intéressé par la poésie, il décide de changer de nom et, s'inspirant du poème Alastor, or, The Spirit of Solitude de Shelley, adopte le prénom Aleister, réinterprétation gaélique d'Alastor, pour s'inscrire dans la vogue du renouveau celtique que connait à cette époque la Grande-Bretagne. Le choix du prénom Aleister a également été choisi pour une raison numérique et symbolique, car il faut savoir que dans la kabbale anglaise, hébraïque et grecque, l'addition des lettres composants Aleister Crowley donne le nombre de la Bête : 666.

 

Alors qu'il est étudiant, il hérite de la fortune paternelle et il commence à la dilapider. Il fait ainsi publier dès 1898 une édition de luxe de ses propres poèmes Aceldama, alors marqués par l'influence de Gerald Kelly. Le poème White Stains révèle ses penchants bisexuels. Son premier amant est l'acteur transformiste Jerome Pollitt. La relation, empreinte de méfiance des deux côtés, se termine en 18981.

 

Aleister Crowley quitte Cambridge avant d'avoir passé son diplôme.

 

Découverte de l'occultisme

 

En 1897, une vision lui montre que toutes les œuvres humaines, hormis la magie, sont éphémères. Il se consacre alors à l'étude des textes ésotériques, et cherche un magicien pour l'initier. Il est admis en novembre 1898 au sein de l'ordre hermétique de l'Aube dorée (Golden Dawn), une société secrète d'étude et d'enseignement des sciences occultes fondée en 1888. Pour ses travaux ésotériques, il adopte le nom de Perdurabo (J'endurerai). William Butler Yeats le croit fou, mais il est remarqué par un autre membre de la Golden Dawn, l'un de ses fondateurs : Samuel Liddell MacGregor Mathers.

 

MacGregor Mathers a mis au point un rituel pour invoquer son ange gardien. Dans ce but, Aleister Crowley s'enferme à Boleskine House1, sa résidence du bord du Loch Ness en Écosse.

 

Déçu par les dissensions au sein de la Golden Dawn et rejeté par de nombreux membres de la société que sa vie sexuelle choque, Crowley s'en éloigne peu à peu. Il s'intéresse aux travaux du magicien John Dee, et de son médium Edward Kelley dont il pense être la réincarnation.

 

Pour franchir seul les étapes initiatiques de la Golden Dawn, il s'initie au Hatha yogadont il affirme être l'un des premiers occidentaux à recevoir un enseignement complet par un grand maître. Il séjourne souvent en Orient et en Asie, s'intéresse aux traditions religieuses orientales, comme le bouddhisme (qui lui est présenté par MacGregor Mathers et son ami et associé Allan Bennett), le taoïsme et part en voyage en Asie.

 

Voyages, premier mariage et alpinisme

 

En 1900, Aleister Crowley est au Mexique, où il affirme avoir été initié franc-maçon, et où il rencontre l'alpiniste Oscar Eckenstein qui l'entraîne sur les sommets mexicains, l'initiant aux méthodes de concentration et de visualisation. En 1902, ils entreprennent ensemble la première tentative d'ascension du K2, la deuxième plus haute montagne du monde, située à la frontière entre la Chine et le Pakistan1. Après plus d'un mois passé sur place, la tentative fut un échec. Les Hunzas gardèrent de lui le souvenir d'un Occidental humain, qui les considérait comme ses égaux.

 

En 1903, il épouse Rose Edith Skerrett, la sœur de Gerald Kelly, qui est veuve. Au Caire en avril 1904, pendant leur voyage de noces en Égypte, Rose entre en transe et annonce à Crowley qu'il doit se préparer à recevoir une communication surnaturelle. L'année suivante, Rose accouche à Boleskine House d'une fille. En mai 1905, Crowley conduit une désastreuse expédition himalayenne, au Kangchenjunga, qui se conclut par la mort de quatre compagnons de cordée. Il exige au même moment que sa femme et sa fille le rejoignent en Inde et fuient le pays quand la police vient enquêter sur un incident au cours duquel Crowley a tué deux agresseurs. Ils se réfugient en Chine d'où il renvoie son épouse et sa fille afin de partir à la recherche d'une ancienne maîtresse. De retour en Grande-Bretagne, il apprend la mort de sa fille, d'une fièvre, en Birmanie. Il en rend Rose responsable. Le couple a deux autres filles avant de divorcer. Crowley dit avoir fait connaître ses adultères pour avoir les torts lors de la procédure.

 

Le 17 décembre 1904 il est fait maître maçon dans la loge Anglo Saxon n. 343 de la Grande Loge de France, à Paris, il est inscrit sur le tableau de loge en date du 31 décembre 1904 sous le numéro 41210 de la Grande Loge de France, avec le numéro 54 en ce qui concerne la loge. Il y est inscrit en tant que poète.

 

En 1909 Aleister Crowley, renoue avec son travail ésotérique et occulte, il publie le Livre de la Loi sur la communication reçue au Caire en 1904. Il publie aussi Liber 777 qui donne les clés interprétatives du tarot selon la Golden Dawn. Il se rend dans le désert algérien en compagnie de Victor Benjamin Neuburg ; qui avait dansé dans la représentation des Mystères d'Éleusis montée par Crowley ; avec qui il met au point un système de magie sexuelle qu'il appelle Magick.

 

Il fonde à la même époque l'Astrum Argentum, son propre ordre ésotérique inspiré de la Golden Dawn. Il se rapproche de l'Ordo Templi Orientis de Theodor Reuss, une société ésotérique allemande qui pratique sa propre magie sexuelle. Aleister Crowley devient le maître de la branche britannique de cet ordre.

 

Exil et fin de vie

 

Proche de l'Allemagne, Crowley s'exile aux États-Unis pendant la Première Guerre mondiale. Ses écrits pro-allemands lui valent une antipathie de plus en plus forte dans son pays. Il a dilapidé son héritage et vit de subsides versés par l'Ordo Templi Orientis. Il travaille à ses rituels de magie sexuelle.

 

En 1920, Aleister Crowley loue une ferme à Cefalù en Sicile, qu'il nomme Thelema en référence à l'abbaye de Thélème de François Rabelais. Il y forme de nombreux disciples. En 1923, comme la veuve du disciple Raoul Loveday porte plainte contre lui, Crowley est chassé d'Italie par le gouvernement de Benito Mussolini. Le journal britannique John Bull le surnomme alors l'homme le plus pervers du monde. Il fait régulièrement parler de lui par ses provocations. Il s'adonne à l'héroïne, dont la consommation lui inspire quelques écrits relatant les effets de la drogue en temps réel, et mène une vie sexuelle débridée.

 

Crowley prend la succession de Theodor Reuss à la tête de l'Ordo Templi Orientis, lors de la conférence de Weida et forme des disciples parmi lesquels Karl Germer, Gerald Yorke ou Israël Regardie. En 1929 à Berlin, il épouse brièvement la Nicaraguayenne Maria Teresa Ferrari de Miramar1.

 

Il revient au Royaume-Uni dans les années 1930 et y intente divers procès pour toucher de l'argent. Il poursuit un libraire qui a annoncé à tort la sortie d'un de ses livres (The Diary of a Drug Fiend), et l'éditeur du livre de Nina Hamnett Laughing Torso, dans lequel elle insinue qu'il a pratiqué la magie noire à Thelema. Désavoué par ses amis, les récits de ses pratiques sexuelles et magiques jouant en sa défaveur, il perd ses deux procès, il est condamné à payer les frais de justice alors qu'il est ruiné.

 

En 1936, il tombe amoureux de Greta Sequeira, une anthroposophe qui épouse un entrepreneur de Dundee. Par elle, il rencontre Lady Frieda Harris qui sera son exécutrice testamentaire. Ensemble, ils conçoivent un tarot qu'elle illustre de ses aquarelles en 1942. Ce tarot divinatoire mélange diverses influences : magie occidentale, Golden Dawn, gnose, bouddhisme tantrique, chimie et freudisme. Crowley affirme que ce tarot est la suite du travail ésotérique d'Éliphas Lévi, dont il affirme être la réincarnation (Lévi était mort l'année de sa naissance). Son Book of Thoth de 1944 est un commentaire des arcanes de ce jeu.

 

Dans ses dernières années, Aleister Crowley demande à John Symonds de travailler à sa biographie à partir de ses notes. Avec le dernier disciple Kenneth Grant Symonds travaille à la biographie/autobiographie de Crowley, intitulée Autohagiography. Les deux hommes seront ses exécuteurs testamentaires pour l'aspect littéraire.

 

Installé dans une résidence hôtelière d'Hastings, Aleister Crowley meurt le 1° décembre 1947 d'une crise cardiaque liée à une bronchite chronique due à sa forte consommation de drogues. Il était ruiné. Sa fortune à son décès est estimée à 18 £ 6 dN. Il est incinéré à Brighton et ses cendres sont perdues.

 

Œuvre littéraire et influence spirituelle

 

Dans le domaine de l'occultisme, Crowley a notamment écrit sur la magie, le tarot, le yoga, la kabbale, l'astrologie.

 

Liber AL vel Legis sub figura CCXX

Les 8, 9 et 10 avril 1904, lors de son voyage de noces au Caire, Crowley reçoit en dictée un ouvrage de quelques pages, par l'intermédiaire d'une entité désincarnée nommée Aiwass, qu'Aleister Crowley assimile plus tard à son saint ange gardien, tandis que le texte transmisest signé du pharaon Ânkhefenkhonsou dont Crowley se déclare la réincarnation. Ce texte, intégralement retranscrit dans le Livre de la Loi (Liber AL vel Legis sub figura CCXX), constitue la base de son système philosophico-religieux nommé : La Loi de Thelema. Il annonce aussi le début d'une nouvelle ère : le christianisme serait amené à laisser la place à un nouveau mouvement spirituel.

 

Le terme Thelema provient du grec, et signifie volonté, non la Volonté selon Crowley bassement humaine et capricieuse, mais la volonté supérieure de l'Homme qui lui permet de dépasser sa condition. Le Livre de la Loi illustre cette volonté Thelema par quelques phrases clés comme l'amour est la loi, l'amour soumis à la volonté ; ou encore : Fais ce que voudras sera le tout de la loi, ce fameux Fais ce que voudras qui est gravé sur le fronton de l'abbaye de Thélème de Rabelais, auteur avec lequel il partage une sensualité grivoise, un penchant pour l'alchimie et une certaine religiosité. Il a cependant cherché à se démarquer de son éducation religieuse chrétienne, en rejoignant la longue liste des nouveaux gnostiques, par l'intermédiaire de ce qu'il nomme la Magick, l'hermétisme et d'autres disciplines comme le yoga.

 

Aleister Crowley dans la culture populaire

 

L'œuvre et le personnage d'Aleister Crowley ont eu une influence significative sur nombre d'amateurs d'occultisme et, d'une manière générale, il existe de nombreuses références à Aleister Crowley dans la culture populaire. Des personnages fictifs plus ou moins directement inspirés de Crowley, apparaissent ou sont cités dans de nombreuses œuvres musicales, littéraires ou encore télévisuelles.

 

Musique

 

Aleister Crowley a exercé une influence significative sur l'œuvre de musiciens de rock tels que :

  • David Bowie,
  • Jimmy Page,
  • Genesis P-Orridge,
  • Jimi Hendrix,
  • Ozzy Osbourne qui lui dédie un morceau hommage, Mr. Crowley,
  • Jaz Coleman, chanteur de Killing Joke,

les groupes :

  • Tool,
  • Iron Maiden (chanson Revelations sur l'album Piece of Mind),
  • Edguy (morceau Out of Control),
  • Coil,
  • Throbbing Gristle,
  • Psychic TV,
  • Current 93,
  • Cradle of Filth,
  • YelworC (Crowley écrit à l'envers, groupe de dark wave),
  • Christian Death,
  • Fields of the Nephilim
  • Les Beatles (son visage apparaissant sur la pochette de leur album Sergeant Pepper's)
  • Lonely Hearts Club Band

Sur un de ses albums solo, Inside Of Emptiness, le guitariste des Red Hot Chili Peppers, John Frusciante, présente trois chansons inspirées de sa vie, écrites durant la lecture de textes de Crowley : Emptiness, I’m Around et 666. Crowley est aussi la principale source d'inspiration du groupe de Black/Death Metal Behemoth.

 

Le groupe Tiamat a mis en musique un de ses poèmes sur l'album Prey (2003), il s'agit du morceau final de l'album et il est intitulé d'après le nom du poème : The Pentagram.

 

David Bowie, y fait référence dans sa chanson Quicksand (1971, album Hunky Dory)

 

Jimmy Page, le guitariste du groupe Led Zeppelin, qui lui vouait une admiration considérable, a racheté son manoir de Boleskine qu'il a ensuite revendu.

 

Ministry, le groupe de metal industriel américain, a composé une chanson s'intitulant Golden Dawn sur leur album de 1988 The Land of Rape and Honey, sur laquelle on peut entendre entre autres des samples d'Aleister Crowley chantant son Call of The Second Aethyr.

 

Marilyn Manson, dans la chanson Misery Machine, fait référence à l'abbaye de Thélème : « We gonna ride to the abbay of Thelema ». Dans l'ouvrage Dissecting de Gavin Baddeley (traduit en français sous le titre L'Antéchrist Superstar) il est plusieurs fois fait mention de la fascination du chanteur pour Crowley au chapitre, les anges des abysses.

 

Rockin' Squat fait référence à Aleister Crowley dans le morceau Illuminazi 6.6.6.

 

Des enregistrements de la voix d'Aleister Crowley sont utilisés sur plusieurs morceaux de l'album Zvezda Mix de Gestalt Orchestra et sur le morceau Being Alive de Chromatic.

 

The Legendary Pink Dots et Symbol Of Subversion, font référence à Aleister Crowley en intitulant une de leurs pièces : Golden Dawn.

 

Le groupe français Jack the Ripper y fait deux fois référence, dans le titre de leur premier album The Book of Lies, et dans la chanson Aleister, de l'album Ladies First.

 

Bruce Dickinson, le chanteur d'Iron Maiden, est coscénariste du film Le Diable dans le sang (Chemical Wedding, Julian Doyle, 2008) dans lequel un professeur d'université se trouve être la réincarnation de Crowley. Il a composé son album solo Chemical Wedding (2008, Warner Music) dans la même optique.

 

En 2007, le groupe de black metal français Blut aus Nord fait paraître un album : Odinist sous-titré The Destruction of reason by illumination qui est une citation extraite d'une des œuvres d'Aleister Crowley.

 

Le groupe de musique Klaxons y font référence dans leur chanson intitulée Magick.

 

Le groupe de black metal symphonique français Anorexia Nervosa a utilisé plusieurs extraits de son livre intitulé Temple of the Holy Ghost (recueil de poésies publié en 1974) dans sa chanson Worship Manifesto, sur l'album Redemption Process (2004).

 

Le groupe de metal italien Death SS a consacré un album à Aleister Crowley Do What Thou Wilt.

 

Le groupe belge dEUS fait référence à Aleister Crowley dans sa chanson Great American Nude qui apparaît sur leur premier album Worst Case Scenario en 1994 (She had this thing about Aleister Crowley / It was like a fascination).

 

Le groupe de black/death metal Temple of Baal fait référence à Aleister Crowley dans son album Verses Of Fire (2013), à travers des textes comme το αστέρι 418 ou The Tenth Aethyr.

 

Le groupe post-punk expérimental français Norma Loy y fait par trois fois référence : dans l'album Sacrifice (1988), sur le titre 666, dans l'album Attitudes (1991), sur le titre Willpower, dans l'album Baphomet (2016), sur le titre Baphomet Sunrise.

 

 

Romans

 

En 1908 le romancier anglais Somerset Maugham raconte dans The Magician la vie d'Aleister Crowley, présenté dans le livre comme Oliver Haddo.

 

Aleister Crowley est un des personnages centraux du roman Blackout Baby, de Michel Moatti, paru en 2014 chez HC Éditions. Il s'agit d'un Crowley vieillissant, fatigué par l'âge et les bombardements allemands sur Londres, réévaluant Le Livre de la Loi et son œuvre passée.

 

L'auteur britannique Alan Moore a également étudié Crowley, qu'il cite directement dans sa série Promethea, dans un numéro spécialement consacré à la magie et au tarot. Il fait aussi apparaître brièvement Crowley enfant dans From Hell.

 

Dans le livre Au bonheur des ogres, Daniel Pennac identifie l'un des personnages ; le professeur Léonard ; comme étant la réincarnation d'Aleister Crowley.

 

Dans le roman de Robert Bloch Psychose, adapté au cinéma par Alfred Hitchcock, Aleister Crowley est une des lectures de Norman Bates, avec Ouspenski.

 

Dans les romans Toaru Majutsu no Index, Aleister Crowley est le père de la magie occidentale moderne, puissant mage en son temps, qui prit la décision de renier son appartenance à la magie pour se consacrer à la science (deux camps opposés). Pour cela, il fut considéré comme l'ennemi public numéro 1 pour le camp de la magie, et se fait passer pour mort. Il devient l'homme au sommet de la cité-académie, pôle scientifique mondial, et désire éradiquer de la surface du globe la magie, créée à la base pour satisfaire ceux n'ayant pas de capacités surnaturelles scientifiques.

 

Aleister Crowley est une source d'inspiration pour le livre L'histoire sans fin de l'auteur allemand Mickael Ende, avec l'utilisation répétée des figures du tarot de Crowley à travers l'aventure, la doctrine inscrite sur l'amulette Auryn utilisée par l'un des héros : Do what you wish et le nom que le héros choisit de donner à l'impératrice : Moonchild.

 

Dans le roman de Jean Molla Le Jardin des sortilèges, le plus puissant mage noir et pire ennemi du héros se nomme Aleister Crowley.

 

Il donne également son nom ; mais pas son prénom ; à un démon dans De bons présages des auteurs britanniques Neil Gaiman et Terry Pratchett (dans la traduction française ce démon s'appelle Rampa).

 

Crowley est également cité dans l'ouvrage de Dan Brown, Le Symbole Perdu. Également cité dans le roman d'Eric Giacometti et de Jacques Ravenne, Conjuration Casanova, et dans celui de Sire Cédric, Le premier sang.

 

Il apparaît dans un chapitre du roman d'Ernest Hemingway, Paris est une fête où le narrateur le croise à Paris. L'auteur le confond avec Hilaire Belloc.

 

Il joue un rôle important dans le livre de Bob Garcia, Le Testament de Sherlock Holmes, paru en 2005.

 

Il est aussi l'un des personnages du roman d'Enrique Vila-Matas, Abrégé d'histoire de littérature portative. Il y incarne l'odradek d'Hermann Kromberg et revient à plusieurs reprises tout au long de l'ouvrage.

 

Bande dessinée

 

Il apparaît aussi dans la bande dessinée W.E.S.T. dans laquelle son histoire est revue et adaptée pour l'esprit de la série.

 

Il est également le héros de la bande dessinée Alceister Crowley d'Antonio Cossu et Les gorilles de l'apocalypse d'Antonio Cossu et Louis Savary, où il apparait comme un détective de l'occulte.

 

Dans la bande dessinée Requiem, Chevalier Vampire, de Pat Mills et Olivier Ledroit, Aleister Crowley apparaît comme l'homme le plus mauvais du monde, ayant réapparu en enfer sous le nom de Black Sabbat avec pour concubine un mandrill nommé Aiwass. Sous la dénomination de so-called wickedest Man on Earth, il apparaît succinctement dans Batman, Arkham Asylum, de Grant Morrison et Dave McKean, où il se contente de discuter du symbolisme de tarot égyptien et de jouer aux échecs.

 

Aleister Crowley est un des personnages principaux du comics Aleister & Adolf.

 

Manga

 

Il apparaît dans le manga Inugami, le réveil du dieu chien, dans lequel il est parvenu à recréer l'Arbre de Vie du jardin d'Éden.

 

Il apparaît également dans le manga A Certain Magical Index en tant que directeur de la cité académique.

 

Dans les mangas, on peut citer Arystar Krory (Aleister Krory dans l'anime) de D. Gray-man, exorciste vampire au grand cœur capable de mordre les Akumas.

 

Dessin animé

 

Dans le dessin animé hentai Bible Black, la Lance de Longinus, apparait une descendante fictive d'Aleister Crowley dénommée Jody Crowley, laquelle rentre en compétition avec la méchante récurrente de la série, Reika Kitami. Il est aussi dans le réveil du dieu chien.

 

Dans la série télévisée Supernatural, un démon majeur de l'Enfer (un des personnages centraux de la série) s'appelle Alastair. Le roi de l'Enfer s'appelle Crowley.

 

Dans le film Le Diable dans le sang, réalisé par Julián Doyle, un timide professeur décide de ramener à la vie Aleister Crowley.

 

Dans la Famille Addams, le personnage de l'oncle Fétide, créé par Charles Adams, est une parodie d'Aleister Crowley.

 

Perdurabo (Where is Aleister Crowley ?), film réalisé en 2003 par Carlos Atanes.

 

Dans le film L'héritage Valdemar, réalisé en 2010 par Jose Luis Allemande.

 

Les films de Kenneth Anger sont inspirés par Crowley, notamment Inauguration of the Pleasure Dome (1954), Invocation of My Demon Brother (1969), Lucifer Rising (1972) et Brush of Baphomet (2009).

 

Dans la saison 2 de la série télévisée X-Files : Aux frontières du réel, dans l'épisode La Main de l'enfer, épisode traitant du satanisme, le lycée dans lequel se déroule l'intrigue s'appelle Crowley High School.

 

Un court-métrage réalisé par Derek Jarman avec Genesis P-Orridge et des membres de Thee Temple ov Psychick Youth, montre de multiples scènes de magie sexuelle directement inspirée des pratiques de Crowley. Ce film, saisi par Scotland Yard en 1991 dans la demeure de P-Orridge à Londres à la suite d'une plainte fabriquée par la droite chrétienne fondamentaliste américaine, soumettra ce dernier à un mandat d'arrestation dont il échappera, se trouvant alors au Népal et trouvant exil aux États-Unis jusqu'à la découverte de la supercherie par la justice britannique.

 

Dans la série Les Nouvelles Aventures de Sabrina, Ambrose cite Crowley en comparant le maître charismatique qui l'a conduit à fomenter un attentat contre le Vatican à un jeune Crowley.

 

Dans l'épisode 3 de la saison 1 de la série Luther, l'homme qui enlève la jeune femme s'inspirerait des écrits de Crowley pour les textes qu'il écrit sur les murs avec le sang de ses victimes.

 

Dans la série Good Omens, le démon Crowley est l'un des deux personnages principaux.